• sineden

Les orientations relationnelles : l’amour libre

Quelle est la différence entre la polygamie, le libertinage, le polyamour, un couple libre ou encore une relation libre ? Que ce soit autour d’un verre, dans une conversation de groupe ou sur les réseaux sociaux, cette question me revient souvent. Finalement, l’interrogation est la suivante : est-ce que tous ces termes veulent dire la même chose ? Qu’est-ce qu’une relation non monogame ? Qu’est-ce qu’une relation non exclusive ?



Avant toute chose, sachez qu’il y a autant de termes qu’il y a de relations ! Et encore, je suis sympa. En réalité, il n’y a pas assez de mots disponibles pour décrire toutes les relations existantes. Voyez ce vocabulaire comme un ensemble de mots parapluies bordé de nuances, que chaque personne décide de s’approprier ou non.


Les orientations relationnelles aussi libres que les mots


Vous vous demandez sans doute pourquoi certaines personnes ont un besoin évident, voire irrépressible, de mettre « une étiquette » sur leur mode de vie, pratique, orientation, relation. La réponse est simple : pourquoi pas ? En réalité, c’est un moyen comme un autre de s’identifier plus facilement à quelque chose qui nous parle, qui nous ressemble :

« Vivre sans étiquette, c’est n’avoir aucune existence aux yeux du monde, parce que les autres ne savent pas. » (Mélanie Fazi)

Voici quelques définitions, non exhaustives, des orientations relationnelles qui existent. Elles désignent l’ensemble des relations humaines présentes dans l’intimité (sexuelle et/ou sentimentale). Certaines personnes parleront de « philosophie de vie ». Encore une fois, chacun.e est libre d’y mettre ses mots.


Les relations exclusives : elles se basent sur un engagement moral et physique, entre deux ou plusieurs personnes et sont généralement construites sur un contrat de confiance. On peut parler d'exclusivité sentimentale et/ou sexuelle. Un couple monoamorie (monogame) est le plus souvent exclusif, mais des personnes polyamoureuses peuvent aussi être exclusives entre-elles. C’est-à-dire que le cercle des personnes qui constitue cette relation est fermé aux autres.


Les relations non exclusives : A l’instar des relations exclusives, elles se basent aussi sur un engagement moral et physique. Néanmoins, l’exclusivité sentimentale et/ou sexuelle n’existe pas. Certaines relations non exclusives se construisent avec des règles définies en amont, à contrario d’autres qui n’en utilisent pas.


Les relations anarchiques : Ce sont des relations basées sur la liberté de chacun de vivre ou non, des relations à parts égales ou non, d’autres types de relations que celles dîtes en « relation non anarchique ». Ici les relations évoluent de manière libre, sans hiérarchiser les relations.


Les relations non anarchiques : Ce sont toutes les relations construites et fondées sur des règles définies, évolutives ou non. Ces règles sont honorées par chaque parti de cette relation.


Les relations monogames, on peut retrouver les relations suivantes :


La monoamorie / monogamie : Ce sont toutes les personnes qui ont la capacité d’être exclusives dans une relation. Elle « s’oppose » à la polyamorie (polyamour). Bien qu’associée à la norme sociale, la monogamie peut être un choix et/ou une envie consciente.


Dans les relations non monogames, on peut retrouver les relations suivantes :



Le polyamour / La polyamorie : associé à une relation sentimentale, les poly amoureux.ses peuvent aimer plusieurs personnes en même temps. Chaque partie est consciente de l’esprit et des règles du polyamour.

La différence principale avec les autres termes ? Les sentiments amoureux, relationnels, émotionnels et/ou sentimentales.



Le couple libre : ce sont deux (un couple) ou plusieurs personnes (un trouple par exemple) dont la relation se veut non-exclusive. Elle se construit sur des engagements, des valeurs, des règles mutuelles et définies ensemble. Cette liberté permise dans le couple permet d’explorer et de vivre d’autres types de relations d’ordre sexuel et/ou sentimental. Selon les individus, l’ouverture du couple et ses limites sont choisies ensemble. Ainsi, un équilibre se crée au coeur de la relation et à l’extérieur de celle-ci.

La différence principale avec les autres termes ? L’idée de relation de couple.


La relation libre : bien que différente du couple libre, les critères qui en découlent sont similaires. Certaines personnes souhaitent distinguer le couple libre de la relation libre. La relation de couple consiste à s’engager dans une relation long terme sentimentale, tandis que la relation libre n’implique pas nécessairement cette relation de couple.

Par exemple, Jeanne est célibataire et voit plusieurs partenaires différents, elle se considère en relation libre et ne souhaite pas se mettre en couple. La relation libre n’implique pas nécessairement une relation « plan Q ».

La différence principale avec les autres termes ? L’idée de relation de couple


Le libertinage : Ce sont toutes les personnes, en couple ou non qui s’épanouissent dans le cadre d’une sexualité partagée avec d'autres. Voyez le libertinage comme englobant de nombreuses subtilités dans ses pratiques. Ce type de relation se construit autour d’une vision libre et déconstruite du couple et de la sexualité.

La différence principale avec les autres termes ? La relation à la sexualité et l'orientation de vie / « philosophie de vie » qui en découlent.



Ces autres termes qu’il ne faut pas confondre :


La polygamie (polygynie/polyandrie) : associée au régime matrimonial, il s’agit d’un individu ayant plusieurs partenaires. Cette relation à sens unique est illégale en France. Etant associée au mariage, selon la loi française, il est interdit de se marier à plusieurs partenaires en même temps.

La différence principale avec les autres termes ? Le mariage et la philosophie de vie de cette pratique.

L’adultère / infidélité : ce terme n’a strictement rien a voir avoir tous les mots définis ci-dessus. En effet, on peut être en couple libre et être infidèle. L’infidélité se base sur le non-respect des règles définies au sein du couple (ou des autres types de relations), donc sur le mensonge. On parlera surtout d’adultère pour des partenaires mariés et d’infidélité pour des partenaires qui ne le sont majoritairement pas. L’infidélité existe lorsque l’exclusivité et/ou les règles existantes sont brisées par une des parties.

La différence principale avec les autres termes ? La vérité, l’engagement à soi et possiblement aux autres, le respect, le consentement.


Des vies hors normes qui s'assument


Ces définitions ne constituent pas des structures de relations, mais bien des orientations relationnelles. Le but ici est de vous montrer le large éventail possible de relations, en dehors de celles socialement et implicitement imposées par la société (néanmoins, ces relations peuvent être consciemment choisies). Ces mots, dont les nuances sont parfois difficiles à distinguer, se basent avant tout sur l’humain, la relation, l’écoute, la communication et le consentement. Ces "modes de vie" s’assument de plus en plus notamment grâce à la libération des paroles, la facilité d’accès à l’information sur les réseaux sociaux, le partage d’expériences (et de vies.)


L’essentiel est que vous vous sentiez en accord avec vous-même et ce qui se passe dans votre environnement intime. Quant à l’étiquette qui définira ou non votre manière de vivre et de percevoir les relations… Ce n’est pas très important! Avant de trouver le mot qui puisse définir votre orientation, votre relation, si c’est ce dont vous avez besoin et envie : sachez que vous avez le droit à l’erreur.

Il est OK de ne pas savoir à quoi se rattacher, il est OK de ne pas se reconnaître dans ces définitions, il est OK de douter, il est OK de penser A puis de penser B. Vous avez le droit d’explorer votre être et vos relations, vous avez le droit de vivre et de sortir de cette norme monogame, tout comme vous avez le droit de revenir sur vos choix.



La liberté d'être, de ressentir et de vivre


Personnellement, bien que je trouve important de pouvoir s’identifier à un groupe si vous en ressentez le besoin, j’ai pu constater que certaines personnes préfèrent ne s’associer à aucun terme. Parfois, les mots peuvent implicitement laisser croire que par essence, nous sommes obligés d’être ce qu’ils définissent. Or, une intimité et une sexualité heureuses se basent sur la liberté d’être, de ressentir et de vivre de manière désirée et consentie.

Ce n’est pas parce qu’une personne se définit comme polyamoureuse qu’elle doit avoir un nombre défini de partenaires. Ce n’est pas parce qu’une personne se définit comme libertine qu’elle enchainera nécessairement les rapports et partenaires sexuels. Ce n’est pas parce qu’une personne se trouve dans une relation libre qu’elle est en couple. Toutes ces relations se basent sur le contentement éclairé et enthousiaste, la communication, le plaisir et le désir d’une autre manière de vivre les relations.

En consultation, il m’arrive de recevoir des personnes qui rencontrent des blocages liés à leur relation non exclusive. Certaines d’entre-elles ont dû mal à se positionner, trouver leur place ou gérer leurs émotions. Ce sont des choses qui arrivent et qui sont tout à fait normales. J’accompagne donc toutes les personnes désireuses d’avancer sereinement dans leur relation. Si vous aussi, vous avez des questions, vous rencontrez des difficultés qui vous empêchent de vivre pleinement la vie dont vous rêvez, alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous ici :



Ces définitions quelles qu’elles soient, feront encore débat et c’est normal. Bien que ces manières de vivre ne soient pas vraiment nouvelles, l’appropriation de ces termes l’est. Il faut donc le temps de pouvoir s’en accommoder.


Si vous entendez encore quelqu’un vous dire que la polygamie et le polyamour sont deux choses identiques, vous saurez quoi répondre !


 


Aller plus loin : nourriture à penser



Les livres :

  • La salope éthique (Dossie Easton et Janet W. Hardy)

  • La Déliaison amoureuse (Serge Chaumier)

  • Aimer plusieurs hommes (Françoise Simphère)

  • Guide des amours plurielles (Françoise Simphère)

  • Opening up (Tristant Taormino)

  • More than two (Ricker et Veaux)

  • L’amour fusionnel (Serge Chaumier)

  • Polysecure (Jessica Fern)

  • Au-delà du personnel (Corinne Monnet et Léo Vidal)

  • Compersion : transcender la jalousie dans le polyamour (Hypatia from Space)

Les podcasts :

  • Le polyamour (Sin Eden Sublime)

  • Petit traité d’une génération polyamoureuse (Fabrice Drouelle)

  • Déconstruction du Couple, Anarchie Relationnelle et Polyamour Hiérarchique (Amours Plurielles)

  • Nous sommes libertins (Sin Eden Sublime)

  • Le couple ouvert (Nina Luka)

Les comptes à suivre :

  • @aventures_libertines

  • @sinedensublimepodcast

  • @polyamour_euse

  • @polymory_awareness

  • @pieceoftrouple

182 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout