top of page

Tout savoir sur le BDSM : définition, comment débuter

Dernière mise à jour : 12 déc. 2023

BDSM : tout savoir sur la pratique en 5 minutes chrono

Le BDSM est une pratique millénaire. Élevé au rang d’art par ses pratiquants les plus chevronnés, le BDSM est un ensemble de disciplines et de pratiques érotiques et sexuelles qui consiste à donner ou à recevoir du plaisir par des jeux qui impliquent des dynamiques de pouvoir, de la douleur ou bien même de l’étreinte érotique…

Voici tout ce que vous devez savoir sur le BDSM, de la définition la plus pragmatique aux techniques les plus intenses de cet univers bien plus commun qu’on ne le pense...


Une fille allongée sur un lit qui pratique le BDSM et qui porte un harnais
Crédit image : Pexel

Sommaire :




#1 - Qu’est-ce que le BDSM ? La définition complète du BDSM


Dans sa plus simple définition, l’acronyme BDSM signifie Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sadomasochisme. Il représente toutes les pratiques érotiques consensuelles explorant les dynamiques de pouvoir et le plaisir dans la douleur, la contrainte et/ou la soumission.


Ces pratiques englobent un large éventail d’activités sexuelles toutes basées sur le consentement. Le BDSM se pratique sous différentes formes, telles que les jeux de rôle, les jeux de contrainte, les jeux de domination, les jeux de soumission et les jeux de sadismes érotiques en tout genre qui se construisent généralement sur des dynamiques de pouvoir consenties.


Lors de vos ébats sexuels, vous avez sans doute déjà pratiqué du BDSM sans le savoir ! Que ce soit une fessée bien sentie, des mots d’oiseaux à la volée, maintenir joyeusement les poignets de votre partenaire, tirer ardemment les cheveux de l’amant.e, ou bien couvert les yeux de votre bien aimé.e pendant l'acte sexuel afin de pimenter la relation, et tout ça dans la joie, le plaisir et le consentement !

Concrètement, le BDSM se réfère à toutes les pratiques sexuelles dans le cadre de jeux physiques ou psychologiques qui s’associent à la domination, la soumission, la douleur, la contrainte, l’humiliation, les jeux de rôle dans un cadre de partage pleinement consenti.




#2 - Ce que n’est pas le BDSM, les 3 points …


Il est difficile d’expliquer en un article tout ce que peut inclure le BDSM et satisfaire tout le monde dans ce descriptif. Mais vous l’aurez compris, on ne peut pas parler de BDSM si ces jeux et pratiques sexuelles ne sont pas consentis par tous les partis du cadre.

Dans le cas contraire, si le consentement est bafoué, on parle alors de violences sexuelles et/ou morales, punies par la loi. Le consentement est ici la limite qui permet de dissocier les pratiques sexuelles et érotiques BDSM de toutes les autres pratiques illégales et déviantes.

Ce n’est pas du BDSM si vous :
  • Ne respecter pas le consentement sexuel des personnes, le cadre et les limites de chacun.e.

  • Cherchez à vous donner du plaisir au détriment de l’autre : forcer ou influencer quelqu’un, c’est outrepasser le consentement de l’individu et c’est puni par la loi.

  • N'écoutez pas l’autre et ne communiquez pas : c’est prendre le risque de ne pas respecter le consentement sexuel de votre partenaire, briser la confiance et créer des traumatismes.

Cette liste est non exhaustive.


#3 - Pourquoi pratiquer le BDSM ?


Que le BDSM soit une pratique ponctuelle, une philosophie ou un véritable mode de vie, de nombreuses raisons motivent les pratiquant.es à s’intéresser à ces univers érotiques. Que ce soit pour sa dimension psychologique et/ou bien psychologique, l'intention que vous prêtez à votre jeu à toute son importance. Voici donc les 10 raisons de pratiquer le BDSM.


10 raisons de pratiquer le BDSM :

  • Jeu : le plaisir de s’amuser et de partager en allant explorer des espaces qui nous sortent du quotidien

  • Lâcher prise : s’offrir le droit de décompresser, de se détendre sans chercher à lutter contre ses émotions

  • Pimenter le couple : ajouter de la nouveauté dans le couple avec de nouvelles expériences pour pallier à la routine

  • Dépassement de soi : repousser ses limites consciemment et sortir de sa zone de confort, apprendre à mieux se connaître

  • Exploration : nourrir sa curiosité, stimuler son imaginaire et développer sa créativité

  • Méditatif : pour certaines personnes, le BDSM permet de couper le mental, ne pas se laisser saisir par les pensées du quotidien et approfondir le sens de leur être

  • Spiritualité : se connecter à des espaces invisibles

  • Se découvrir : s’explorer, mieux se connaître, booster sa confiance en soi

  • Créativité : alimenter son imaginaire puis le mettre dans le corps et la matière

  • Mode de vie / philosophie : pratiquer le BDSM dans son quotidien constitue une manière de vivre, de penser et de faire au quotidien


Il n’y a pas d’ordre hiérarchique sur cette liste et elle est non exhaustive, il y a autant de raison qui motivent les individus à pratiquer le BDSM qu’il a d’être humain sur cette terre.

Lors d’une séance de BDSM intense ou non, les personnes qui pratiquent peuvent rapidement être dans un état de conscience modifié et avoir le sentiment d’un état de bien-être. Cela s’explique notamment par la diffusion progressive d’hormones (adrénaline et endorphine) sécrétées par le corps. Il est important d’en avoir conscience pour mieux se préparer à ce type d’état et de ce qui suit après la séance de ce jeu érotique.



#4 - Le BDSM, un univers codifié

Le BDSM contient de nombreux symboles d’appartenance permettant de s’associer ou de se distinguer d’un.e partenaire, d’un rôle, d’une pratique sexuelle ou d’un groupe. Ces symboles permettent aussi de poser un cadre et des règles.


Voici 7 symboles d’appartenance du BDSM :
  • Les accessoires : les bijoux sont souvent utilisés par les personnes qui souhaitent marquer un lien (collier, bague, bracelet, piercing).

  • Dress code : les matières, les vêtements et les objets permettent de reconnaître les individus dans leur rôle et/ou bien de créer un environnement érotique qui correspond aux envies et aux attentes des protagonistes.

  • Code couleur : le choix des couleurs est personnel et dépend des goûts de chacun. Le choix d'un code couleur peut parfois noter l'intention des personnes concernées et permet parfois de se faire reconnaître dans leurs pratiques BDSM.

  • Langage : personne vanille, safe word, contrat, l'univers du BDSM regorge d’un vocabulaire riche qui permet de dissocier les pratiques sexuelles « classiques » des autres.

  • Le contrat : c'est un accord préalable entre les partis du jeu coquin. Ce contrat peut être verbal ou écrit, il permet de cadrer le jeu BDSM. Il est un signe d'engagement de toutes les personnes dans ce contexte, mais n'a aucune valeur légale aux yeux de la loi.

  • Le marquage : tatouage, fer rouge, le marquage, la cicatrice, le marquage peut être considéré comme un rappel de la relation entre les partis.

  • Les rituels : le BDSM regorge de petits rituels qui permettent d'intégrer une routine à ces jeux érotiques "hors normes". Les rituels offrent des repères sécurisant et rassurant qui permettent de structurer la pensée et favoriser la mise en place des jeux sexuels.


Cette liste et les définitions sont non exhaustives, mais servent à titre d’information primaires pour les personnes novices du BDSM.


Évidemment, il n'est pas nécessaire d'avoir un de ces symboles pour pratiquer le BDSM ou prétendre faire partie de cette communauté. Peu importe la communauté à laquelle vous appartenez, les symboles existent depuis toujours et traversent les cultures, les environnements et les générations. Ces signes d'appartenance permettent de fédérer, de cadrer, de se démarquer, de partager et même d'exprimer la fierté d'être au sein d'un groupe, d'une communauté qui résonne à la philosophie, aux valeurs, aux pensées et/ou aux pratiques que l'on partage. Le plus important selon moi, c'est d'être à l'écoute de vos envies, de vos désirs et de questionner vos intentions dans ces jeux intimes et sexuels.

#5 - Les accessoires pour pratiquer le BDSM

Le BDSM peut se pratiquer seul, à deux ou à plusieurs avec divers objets et jouets sexuels, mais, votre esprit désireux et votre corps restent les meilleurs alliés pour s’adonner à ce type de pratique coquine. Parce que oui, l'organe sexuel le plus important, c’est notre cerveau ! En effet, c’est ici que naissent les fantasmes, les désirs, les envies et le plaisir. Les histoires érotiques et sexuelles que vous vous racontez et partagez construisent les scénarios de vos jeux BDSM.


Ces objets, utilisés dans le cadre de jeux BDSM sont utilisés pour différentes raisons. Les accessoires associés à l’univers BDSM ont pour objectif de stimuler ou d’octroyer, voire intensifier les sens que nous avons.


Par exemple, ces objets peuvent servir à :

  • Donner et recevoir du plaisir

  • Donner et recevoir la douleur

  • Communiquer un ordre

  • Discipliner votre partenaire

  • Punir votre partenaire

  • Guider votre partenaire

  • Poser son autorité

  • Marquer son appartenance

  • Contraindre votre partenaire

  • Restreindre votre partenaire

  • Caresser votre partenaire

  • Offrir de nouvelles sensations

  • Jouer avec les 5 sens du corps et votre esprit


Cette liste est bien évidemment non exhaustive.


En effet, il est possible de pratiquer le BDSM avec des objets adaptés qui permettent d’assouvir les envies sexuelles les plus ardentes : fouets, martinets, cravaches, objets pinçants, roulette, bougies, électrodes… et des objets de restriction de mouvements : bâillon, menottes érotiques, collier et laisse… pour ne citer qu’eux.


Il est possible de n’utiliser aucun objet érotique évidemment. Votre corps et votre esprit sont les meilleurs outils de cette partie de jeu intime. Vos mains en guise de cravache, pour restreindre la respiration de votre partenaire ou lui serrer les poignets et empêcher ses mouvements.

Vous l’aurez compris, le BDSM se pratique avec tout ce qui a trait aux dynamiques de pouvoir, à la domination, la soumission, l’humiliation, la contrainte, etc.

De nombreux accessoires érotiques vous permettent une initiation au monde du BDSM. Ils sont accessibles dans des sex-shops, des love stores ou disponibles en ligne, à des prix variables selon les marques, et la qualité des produits sexuels et érotiques.

Si vous débutez dans le BDSM et que vous ne souhaitez pas investir dans des jouets érotiques, pas de panique ! Les objets de votre maison feront tout autant l’affaire s’ils sont maniés avec précautions. Une spatule pour donner la fessée, une fourchette pour plus de piquant, une écharpe pour attacher les poignets, un foulard pour couvrir les yeux, votre plumeau pour chatouiller, un glaçon pour plus de sensation. Votre imagination et ce que vous possédez à la maison vous permettront d’explorer les pratiques du BDSM de manière ludique et créative. En effet, l’excitation sexuelle dans ce contexte ne vient que très peu du matériel utilisé, mais plutôt de l’histoire que vous racontez et construisez ensemble dans cet espace de jeu coquin.


Il n'y a rien de mieux qu'aller à la rencontre de la communauté BDSM pour découvrir et apprendre de cet univers kinky. De nombreux événements réels ou virtuels existent partout en France pour explorer et parcourir toutes ces pratiques "hors normes".




#6 - Les événements BDSM

Les Munchs sont des événements intéressants qui permettent la découverte du monde BDSM. Vous y rencontrerez des novices et des experts sur le sujet. Venez comme vous êtes, pas besoin d’artifices clichés pour rencontrer les gens de ce milieu. Ces espaces permettent d’observer, de rencontrer et de discuter sur les pratiques du BDSM. Aucune pratique sexuelle et érotique n’a lieu dans ce genre d’espace. Les munchs sont des lieux de rencontres, de discussions et d’explorations par la parole sur la thématique du BDSM. Ces événements se font en général dans des bars, des clubs ou dans des parcs par exemple.


Si vous souhaitez passer à l’étape supérieure et explorer un peu plus encore le BDSM, on ne parlera pas de Munch, mais on parlera d’événements BDSM, tout simplement. Dans ce contexte, vous pourrez y trouver des performances artistiques kinky et BDSM, des personnes qui pratiquent littéralement le BDSM, des passionnés qui partagent leurs pratiques à la communauté.

Le site Fetlife est intéressant puisqu’il est le seul réseau social qui rassemble la communauté du BDSM et des fétichistes. Lors de votre inscription sur l’application, Fetlife vous questionne sur votre situation actuelle : votre statut relationnel et sexuel, votre orientation sexuelle, pratique sexuelle, envies particulières et il vous permet de voir l’étendue, de ce monde érotique et des pratiques sexuelles existantes. Vous y trouverez l'ensemble des munchs et des événements BDSM qui existent en France.



#7 - La communauté BDSM


La communauté BDSM regroupe des individus de catégorie socioprofessionnelle, de genre, d’orientation sexuelle, de mode relationnel, de pratique sexuelle diverse et variée.

Ce qui fait la beauté de cette communauté c’est sa diversité ! Comme dans toute communauté, vous rencontrerez des personnes bienveillantes et respectueuses, comme possiblement des personnes avec des avis divergents et tranchés ayant quelquefois une vision assez binaire du monde et de ce que doit être le BDSM. Pas de panique, comme toute rencontre humaine, allez vers les personnes qui vous inspirent, discutez et faites-vous votre propre avis. Bdsm.fr est un des sites les plus connus de la communauté, il permet de faire des rencontres, de discuter, d'échanger et de poser des annonces en lien avec le thème du BDSM (bondage, discipline, domination, soumission, sadomasochisme), avec des personnes partout en France, et tout ça gratuitement !


Par expérience, je peux dire que la communauté BDSM est peut-être l’une des plus bienveillantes puisqu’elle accueille une diversité d’individus attentifs au bien-être de ses protagonistes et au consentement !




#8 - Comment débuter le BDSM ?


Débuter le BDSM doit se faire sur une approche douce.


Premièrement, il est important de communiquer sur les désirs, les envies, les besoins, les attentes et les limites des personnes qui vont pratiquer le BDSM. Ainsi, poser le cadre et les limites de chacun permet de s’assurer du bon déroulement de la séance de jeu érotique et sexuelle.


La première étape consiste, en 2 points :


  • À s’assurer que la communication soit ouverte

Discutez ouvertement avec votre ou vos partenaires de vos désirs, de vos limites et des attentes consensuelles. La clarté est essentielle pour créer un environnement de confiance et sécuriser.


  • À s’informer sur le sujet

Si vous lisez ceci, c’est que l’univers du BDSM vous intrigue. Il naît en vous une flamme de désir, et il faut la dompter sans précipitation. Ainsi, c’est très bien de s’informer sur ces pratiques afin de bien débuter le BDSM. Familiarisez-vous avec les termes et les pratiques grâce à des ouvrages, des articles, des ressources, des événements et mon podcast pour bien débuter le BDSM. Il vous donnera toutes les informations dont vous avez besoin pour « sauter le pas », même s’il n’y a pas d’avant ni d’après. Simplement de la curiosité justifiée, qui ne doit pas être tabou !


La deuxième étape consiste à pratiquer de manière progressive :


Explorez vos horizons, celui de votre partenaire, et voyez si vous êtes en phase avec vos désirs mutuels. L’objectif n’étant pas de se brusquer, tout doit se faire en douceur pour apprendre à mieux vous connaître dans ces espaces de jeux BDSM. Avec l’expérience, on connaît davantage ce qui nous provoque du plaisir sexuel, on s’informe sur la thématique, on s’équipe de manière adéquate, et on approfondit ses envies voire ses fantasmes. Au fur et à mesure, la confiance se renforce, l’expérience parle d’elle-même et vos sessions BDSM seront une meilleure source de plaisir charnel.

La communication verbale et non verbale doit être le point central de vos jeux en amont, pendant et après la session de jeu BDSM. Pour débuter le BDSM, il faut commencer doucement, et y aller progressivement.


La dernière étape, c’est l’after care, ou l’après BDSM :


À l’instar de l’après-sexe (after sex), un sentiment de vulnérabilité peut apparaitre ou perdurer après la séance BDSM. Il est donc important d'être attentif aux besoins de l'autre et aux siens. Que ce soit par l’écoute, par la parole, par des petites attentions, ou bien des caresses, il faut prendre soin de son ou ses partenaires après la relation, afin de renforcer encore davantage votre confiance et vos liens intimes. Évidemment, cette étape diffère dans sa forme selon les besoins de chacun et l'intensité du jeu. Mais il est essentiel de prendre conscience du rôle de l'after care dans ce contexte.




#9 - La place de la communication dans le BDSM


La communication est centrale à beaucoup de choses dans l’intimité et la sexualité des individus, mais, dans le BDSM il a d’autant plus son importance. En effet, pour jouer avec l’autre dans la sphère sexuelle et érotique, il faut pouvoir communiquer de manière libre, éclairée, explicite et continue afin de poser un cadre sain et sécuritaire pour l’ensemble des partis. Cette communication doit se faire en amont du jeu, pendant et après par les mots, les gestes, le regard par exemple.


Pour commencer, vous pouvez vous demander de quoi vous avez envie dans votre sexualité ? Ce qui vous attire dans le BDSM ? Ce qui anime votre désir dans ces jeux érotiques ? Dans votre intimité, vous êtes plutôt stimulé par les mots, par les gestes, par les directives, par la contrainte, par l’humiliation, par la douleur ? Quelle place souhaitez-vous que l’autre prenne dans le jeu ? Quels sont les scénarios qui vous excitent sexuellement ? Avez-vous envie d’un jeu érotique, psychologique ou plutôt porté sur les sensations physiques ? Peut-être les deux ?


Ensuite, vous pouvez observer votre état du moment. Est-ce que tout va bien dans votre vie ? Est-ce qu’il y a des traumatismes particuliers qui peuvent interférer dans les jeux BDSM ? Avez-vous un problème de santé particulier qu’il soit physique (douleurs corporelles, opération, cicatrice), psychologique (maladie mentale, troubles spécifiques) ou des troubles neurologiques qui sont à prendre en compte ? Prenez-vous un traitement particulier ? Êtes-vous en forme, avez-vous bien dormi et mangé avant de vous lancer à des pratiques BDSM ? Toutes ces informations sont importantes puisqu’elles permettent de protéger tous les protagonistes dans ce contexte de jeu sexuel et érotique.


La communication dans l’intimité peut être :
  • Verbale : prendre le temps de poser les bons mots, ses réflexions, ses doutes, ses limites

  • Non verbale : par des gestes ou des regards, il est important d’observer la communication non verbale de votre partenaire, en particulier s’il ou elle n’est pas en mesure de s’exprimer oralement.


Dans le BDSM, communiquer permet de poser un cadre clair entre les partis et éviter toutes interprétations qui puissent nuire aux individus. Observer et écouter permet une meilleure compréhension de chacun.e afin d’éviter toute interprétation et créer de possibles traumatismes.




#10 - Le BDSM : une question d’intention


Il me semble essentiel de questionner l’intention que vous mettez dans les pratiques sexuelles qui vous animent. Est-ce que vous souhaitez expérimenter cette pratique pour nourrir votre propre désir ? Pour partager un moment avec l’autre ? Pour évacuer la pression du quotidien ou bien pour extérioriser votre colère ? Quelles sont les motivations qui vous mènent à vouloir explorer ces espaces érotiques et sexuels ?

Mettre de la conscience dans son corps et sa sexualité c’est pouvoir mieux gérer ses émotions, améliorer son estime de soi, décupler ses sensations, poser les mots sur ses ressentis, mais aussi prendre l’autre en compte dans son entièreté.


Vos motivations à pratiquer le BDSM auront des conséquences sur les jeux que vous mettez en place et dans votre rapport au lien que vous créez avec l’autre.




#11 - Les points clés pour pratiquer le BDSM en sécurité


Si la sécurité est aussi importante dans les pratiques BDSM c'est parce que ces jeux sexuels et érotiques vous invitent à explorer des espaces de l'intimité qui bousculent les normes de la société, mais aussi les vôtres individuellement. Dans ce contexte, beaucoup de personnes sortent de leur zone de confort et sont poussées dans leur retranchement. Il est possible que vous viviez de sensations sexuelles, corporelles et émotionnelles intenses et cela peut être déstabilisant.

Certaines personnes parlent du BDSM comme l'exploration des parts d'ombres, c'est-à-dire aller à la rencontre des facettes cachées de notre esprit. Il n'y a rien de négatif à cela puisque le BDSM se compose de jeux construits sur la base du consentement et de la communication. Et même si le terme "part d'ombre" peut être interrogé, il est ici question d'exploration et de rencontre avec l'ensemble des parts de soi qui nous constitue.

Enfin, il peut aussi y avoir des risques corporels ou psychologiques selon les jeux BDSM que vous pratiquez. Avec un objet tranchant, une corde mal placée, une mauvaise position, le mot de trop, un accident peut vite arriver si vous ne maitrisez pas les codes, les outils et l'espace dans lequel vous jouez. C'est d'ailleurs pourquoi des règles existent pour pratiquer le BDSM en toute sécurité.


  • Communiquer sur le BDSM

Je n’ai cessé de le répéter dans cet article, mais communiquer reste la clé d’échange sain et fluide entre les parties prenantes du jeu ou mode de vie BDSM. En couple ou non, la communication verbale et non verbale est essentielle pour satisfaire et répondre aux envies et besoins de chacun.es. Évidemment, communiquer c’est aussi savoir écouter attentivement et pleinement ce que l’autre souhaite partager, sans jugement.


  • Connaître le BDSM

Prenez le temps de vous renseigner sur les terminologies du BDSM, sur les codes et philosophies. Se renseigner et se former sur les pratiques existantes. Par exemple, l’école des Arts Sadiens offre un accompagnement professionnel d’experts sur la philosophie et les pratiques sexuelles et érotiques du BDSM.


  • Explorer le BDSM

Allez à la rencontre des autres qui vous permettra de poser toutes les questions que vous avez en tête et lever les doutes qui subsistent. La communauté BDSM accueille et partage à qui le veut bien, mais rien ne vous empêche.


  • Pratiquer le BDSM

Vous vous êtes renseigné, vous avez communiqué sur vos envies et vos limites, vous avez posé le cadre et défini les rôles de chacun pour réaliser une séance BDSM, vous avez créé un safe word verbal et non verbal pour indiquer votre état dans ce contexte, alors vous êtes paré pour les pratiques BDSM de vos choix.


  • After care après une séance BDSM

C’est le temps que vous donnez à l’autre pour doucement revenir à la réalité de l’instant, c’est offrir l’attention et les soins nécessaires pour sortir de cet état de conscience modifié. Cela peut passer par des soins physiques (s’il y en a besoin), ou tout simplement un verre d’eau, un carré de chocolat, un câlin, une discussion, un câlin, laisser un temps de calme à la personne. Les besoins et les envies diffèrent selon les personnes dans ce contexte.


  • Débrief après une séance BDSM

Faire le point sur la séance BDSM après qu’elle eut lieu et même poursuivre et revenir sur ces échanges quelques jours après permet d’offrir un retour sur les ressentis, les sensations et l’expérience vécue de chacun.


  • La sécurité dans le cadre d’une séance BDSM

Prendre soin de l’autre et de soi-même est essentiel dans un environnement où le corps et l’esprit sont mis à l’épreuve comme peuvent l’être les pratiques BDSM. La sécurité se fait d‘abord avec une communication continue, mais des outils permettent de faciliter et formaliser les intentions et le cadre des échanges. Que ce soit avec un contrat qui lie les partis, un safeword (mot de sécurité) qui permet d’alerter et/ou indiquer son tant physique / émotionnel par exemple.




#12 - Les bienfaits et les risques du BDSM


Des nombreux témoignages que j’ai récoltés au fil des années pour mon podcast et en cabinet dans le cadre de sexothérapie, c’est le sentiment de bien-être qui prime sur tout le reste. Certaines personnes vont éprouver un état de détente intense que procure le BDSM. D’ailleurs, certaines personnes disent merveilleusement bien dormir juste après une séance érotique. L’envie de se dépasser, de flirter ou d’embrasser pleinement ces espaces « hors normes » procure de l’adrénaline, du désir et peut intensifier le plaisir dans la sexualité. En réalité, les personnes qui baignent dans le monde du BDSM ont leur propre motivation. Du moment qu'elles sont heureuses, que demande le peuple ?

Néanmoins, si vous êtes dans un état physique ou mental fragile, le BDSM n’est pas recommandé. Pratiquer le BDSM demande d’être en forme pour accueillir ces moments de tensions et d’intensité.


Si vous êtes victimes d’abus sexuels et/ou d’abus psychologiques dans vos pratiques BDSM, je vous crois et vous n’êtes pas seule. Certaines personnes peuvent avoir une emprise psychologique sur leur soumis, des solutions existent pour vous en sortir et être accompagnées dans ces étapes de vie. Je rappelle que les agressions sexuelles, viols et abus sont des crimes punis par la loi. Pour plus d'informations, rendez-vous ici.




#13 - Le BDSM en couple : comment s'initier ?


Vous avez sans déjà gouté au BDSM en couple sans même le savoir. Si vous avez couvert les yeux de votre partenaire volontairement pour intensifier le moment coquin, ou bien si vous avez maintenu les poignets de votre partenaire pendant l'acte sexuel ou alors si vous avez saisi fermement les cheveux de votre bien-aimé, alors c'est que vous avez déjà pratiqué le BDSM en couple, ou du moins, que vous êtes sortie de ladite "norme" lors d'un rapport sexuel considéré comme classique. Finalement, rien de dramatique si ce n'est potentiellement beaucoup de plaisir et d'amusement !


En tant que couple, la première question qui peut être intéressante à se poser est la suivante : qu'est-ce qui me motive à explorer le BDSM en couple ? Qu'est-ce que je viens chercher ? Pourquoi je souhaite initier mon couple au BDSM ?


Que ce soit pour l'envie de vivre de nouvelles expériences intimes et sexuelles en couple, réaliser un fantasme érotique, ou tout simplement que vous souhaitiez briser la routine sexuelle de votre couple, il est essentiel de communiquer vos envies individuelles et vos désirs afin d'étudier les centres d'intérêts communs sur lesquels vous pouvez vous retrouver dans les jeux BDSM.

Pour pratiquer le BDSM en couple, vous devez aussi vous demander la place que chacun des partenaires souhaite prendre. Quel rôle vous souhaitez incarner ? Souhaitez-vous un rôle qui implique de la domination ? ou avez-vous plutôt vocation à être soumis ? Peut-être les deux ? Aimez-vous plutôt les jeux qui impliquent le corps, l'esprit ou les deux ? Aimez-vous la douleur psychique ou la "torture psychique" ? Quel est votre rapport à l'autorité ? Est-ce que c'est quelque chose qui vous excite, qui vous agace ou qui vous terrifie ? Quel personnage souhaitez-vous incarner et quelle image souhaitez-vous véhiculer auprès de votre partenaire ? Quelle place souhaitez-vous prendre dans ce jeu BDSM ? Vos réponses à ces questions non exhaustives vous permettront aussi de réfléchir à la question suivante : qu'est-ce que je souhaite nourrir au sein du couple ?


Le lieu idéal pour pratiquer le BDSM en couple est celui où vous vous sentez bien, dans un espace que vous appréciez et où vous êtes libre d'explorer ces espaces érotiques librement. De la chambre à couché, à la chambre d'hôtel, au club BDSM dédié, sentez-vous libre d'explorer les lieux où qui vous animes.




#14 - J’ai des fantasmes BDSM, dois-je m’inquiéter ?


Non, avoir des fantasmes est une chose tout à fait normale ! « Nous sommes des êtres de fantasmes » nous dit le sexothérapeute et écrivain Alain Héril. Les fantasmes sexuels peuvent surprendre parce qu’il questionne ce que nous sommes et ils vont puiser dans nos parts les plus profondes de ce que nous sommes.

Tous les fantasmes sexuels ne sont pas destinés à être vécus dans la vie pour être épanouis sexuellement. Et puis, un fantasme qui s’inscrit dans la réalité, n’en ai pas un.


Il me semble essentiel de se questionner sur ce que nous procurent ces fantasmes : de l’excitation, du désir, de la joie, de la peur ? Il y a différentes manières de faire face à ses fantasmes et de mieux vivre avec : les cultiver et en parler. Si certains fantasmes sont hors normes et qu’ils vous mettent mal à l’aise, en tant que sexothérapeute, je suis disposée à vous écouter sans jugement et avec bienveillance.




#15 - Aimer le BDSM, c’est bizarre ?


Non, aimer le BDSM n’est pas étrange du tout.

Les préférences sexuelles varient considérablement d’une personne à l’autre, et le BDSM est une forme d’expression sexuelle parfaitement valide et consensuelle. Il n’est pas question de déviance ou de perversion.

Ce qui compte avant tout, c’est le consentement mutuel, la communication ouverte et le respect des limites entre les partenaires. Ces 3 fondamentaux du BDSM vous ouvrent les portes à une forme de sexualité, comme il en existe des tas d’autres.

L’acceptation de soi et de ses désirs est une partie importante de l’épanouissement personnel. Si le BDSM est une pratique consensuelle qui apporte du plaisir et de la satisfaction à tous les participants impliqués, il n’y a rien d’étrange à cela. Le BDSM regroupe 4 fantasmes très présents de la société, qui sont la discipline, le bondage, la domination, la soumission / humiliation, et le sadisme et le masochisme, c’est-à-dire le plaisir dans la douleur. Aimer le BDSM, c’est rejoindre cette grande communauté d'humains qui, comme vous, trouvent du plaisir sexuel dans au moins une de ces 7 facettes de la sexualité.


La diversité des préférences sexuelles est une composante naturelle de la sexualité humaine. Respectez les choix et les limites de chacun, car il n’y a rien de plus “normal” que de ressentir du plaisir à la pratique du BDSM !




16# - Les bases du BDSM


Découvrir l'épisode "BDSM - Comment débuter le BDSM ?" du podcast Sin Eden Sublime, avec L'Albatrice, aXelle De Sade de l'école des Arts Sadiens, en version audio ou bien lire l'intégralité de l'épisode retranscrit à l'écrit en cliquant ici.


Description de l'épisode : Depuis quelques années, l’éducation au BDSM et les partages d’expériences intimes à ce sujet s’exposent, se racontent et se vivent dans les médias, sur les réseaux sociaux, à des événements, bien au-delà de la chambre à coucher.

C’est pourquoi j’ai pensé pertinent de rétablir les bases de ce qu’on nomme le BDSM pour toutes les personnes curieuses, inexpérimentées, mais aventurières, qui souhaiteraient approfondir ce désir qui les appelle à sortir d’une sexualité "normée".

Mon invitée L'Albatrice, Dominatrice professionnelle que l'on nomme aussi Marie de l’Erosticratie ou encore aXelle de Sade est la directrice de l'école des Arts Sadiens à Paris. Rien que pour vous, dans cet épisode, elle nous partage sa vision du BDSM et ce qu'elle considère être les bases de cet univers ! Bonne écoute :)





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page